Météorite Guilié-Argentéra dite Mercantour

Découverte en 2014 d’une météorite dans les Alpes du sud baptisée  Mercantour

Enregistrée depuis cette année 2016 au meteoritical bulletin sous le nom ”  MERCANTOUR “

En fin de page retrouvez de nombreux fragments à la vente

A ce jour, la découverte de la météorite Mercantour se résume en deux parties : Une première découverte en automne 2014 d’une première pièce unique située en haute altitude sur une plage glaciaire au milieu de gros blocs de granit. Il s’agit de l’élément enregistré au Cerege. Suite aux conseils de la personne qui a analysé l’échantillon et à ma propre intuition, j’ai décidé en 2016 d’approfondir les recherches pour trouver d’autres fragments. Ce fut une riche idée car au terme de recherches plus compliquées et techniques dans l’environnement proche, il fut découvert près d’un kilo de fragments divers. Vous pourrez ci-après découvrir les deux récits ainsi que les photos.

Première partie, découverte 2014

Météorite Mercantour

Météorite Mercantour

.

Il n’est pas coutume de découvrir une météorite. Je parle pour moi bien entendu.

Depuis quelques années j’ai arpenté les vallées et montagnes de ma région dans tous les sens mais en vain. Il est utile aussi de préciser que j’ai la chance d’habiter près du magnifique massif du Mercantour et que du coup, je monte depuis des lustres là haut pour le plaisir de la photo-randonnée et de l’alpinisme. Mais bon, rien n’empêche de jeter un oeil au sol pour tenter le destin et espérer découvrir un bon cristal ou un caillou venu du ciel  . Entre les cristaux et en bien moindre mesure les météorites, il y a de quoi faire.

J’ai commencé par fouiller les glaciers en Italie du nord sur les flancs du mont Rose autour du refuge Margueritta. A défaut de vastes déserts chauds à proximité, je pensai qu’il était intéréssant de vadrouiller dans ces coins au cas où une météorite formidable et rare pouvait être découverte. Pas si facile que ca. Déjà l’altitude et puis les crevasses et ensuite il neige tout le temps même l’été donc tout ce qui tombe reste enfouit pour longtemps…

Quand je suis sur Chamonix ou la Savoie vers Tignes, j’arpente aussi les glaciers et les moraines dans l’espoir de découvrir quelque chose. Ceux ci sont plus bas, en glace et donc plus orientés à la prospection. Je laisse le détecteur à la maison et je mise sur l’observation. Je n’ai jamais rien trouvé. De toutes les façons, à part tomber sur une chute très fraîche non enfouie ou une sidérite, l’eau, la glace et l’érosion ont vite fait de réduire une Chondrite à l’état de miettes indétectables. Surtout que vers Chamonix par exemple, il faut monter assez haut sur les glaciers pour ne pas parcourir des champs de pierres tels que malheureusement sont devenus la mer de glace et les glaciers de Leschaux, Trient ou autre Tré les eaux…Plus haut, c’est plein de neige comme au Mont-Rose

L’espoir fait vivre.

Durant l’hiver 2014, j’ai beaucoup prospecté vers le lieu supposé de chute de la météorite de Caille. En long, en large en travers et dessus-dessous…

Bassin des moraines 2985 m.

Bassin des moraines 2985 m.

Avec un collègue et armés de détecteurs nous avons fait un beau chou blanc..Nous discutions beaucoup au sujet des stratégies de prospection et nous avons imaginé ensemble où il serait bien possible de faire des découvertes dans le coin. En fait, les choix sont très restreints. Quelques plateaux de moyenne montagne et puis le Mercantour. Pour le reste c’est en tous points de la nature inextricable ou de la ville ( cela fait longtemps que j’y crois à ces montages du sud..)..

Le Mercantour, l’Ubaye et le Queyras sont des zones intéréssantes à prospecter. Plusieurs raisons à cela: la hauteur des sommets le long de la frontière forme un vaste mur de plus de 3000 mètres d’altitude en moyenne. Certaines météorites arrivant en fin de course sur une trajectoire très inclinée pourraient bien venir s’y ” cogner “. Les glaciers ont tous fondu et il reste de belles moraines. Vers 2000 mètres avant l’état nival, se trouvent de grandes zones d’herbes rases faciles à prospecter. Pas de risques liés aux crevasses et pas de chutes de neige en saison estivale ( quoi que..). L’inconvénient réside dans le fait qu’il faille avoir une très bonne condition physique car gare aux dénivelés. Le temps réservé aux recherches ne dure pas plus de trois mois ( neige ). Concernant le Mercantour, je précise bien que mes recherches se font hors parc national.

Une jolie rencontre...

Une jolie rencontre…

Donc, après les dernières neiges je me suis mis à crapahuter sur la ligne frontière entre 2500 et 3000 m. A vrai dire beaucoup plus du côté Italien. Ce versant est bien plus fun à visiter . Côte Français, c’est plutôt un chaos de blocs de Schistes et de Gneiss pas facile à arpenter. Certaines zones Italiennes possèdent de nombreuses moraines fines où même les frontales ressemblent plus à des lits de sables alluvionnaires.

Moraines

Moraines

J’ai commencé vers Isola 2000. Vite passé derrière les crêtes, je suis descendu vers les lacs de Valescure. Joli coin surplombé par le Malinvern que j’ai pu grimpé en hivernal et qui offre de belles sensations montagnardes. J’avais choisi Valescure à la suite de la lecture d’un article sur une météorite trouvée dans ce coin. J’ai arpenté presque toute la zone et à part quelques clous, une douille et un bon sandwich pris avec des Italiens super sympa et bien encore là : rien du tout !

Je pense que cela a du être très fouillé ( accessible ) et comme il s’agit d’une Chondrite ( pas certain ), celle-ci depuis a du disparaître…En plus, une grande partie de cette vallée est traversée par une veine rocheuse très ferrugineuse alors des cailloux noirs il y en a partout !

Je vais passer sur toutes les autres sorties de cet été du même genre qui m’ont mené de la haute Ubaye à la méditérrannée en passant par les contreforts nord est du Gelas. Belles photos, bon moments, paysages grandioses, plein d’animaux mais pas une seule météorite à l’horizon. Pas mal de laitiers et de ferrailles de guerre vers la Bonnette.

20 ans de recherches et jamais rien trouvé sauf peut être un petit morceau ( 44 gr ) de Caille au sondeur vers Escragnolles. Gros doutes. Jai envoyé à Paris pour expertises et plus d’échantillons ni de nouvelles rhhhhh. ( depuis 3 ans ).

Et puis, il y a eu ce fameux week end. Le temps était radieux. C”était une journée dédiée à un coin que je connais assez bien mais qui a pour grande contrainte contrainte de faire faire un énorme détour en voiture part l’Italie pour s’y rendre. Par les vallées Françaises, l’approche est trop longue et fastidieuse ( 7 heures de marche ).

Je suis arrivé au parking en matinée vers 8h45. Il me reste 1 h 30 de sentier à remonter pour accéder à un vaste plateau suspendu ou finissent de toutes part de nombreuses moraines granitiques. La chance ici est d’avoir un Granit blanc. La vallée est toute entière de couleur crème. C’est plus facile de distinguer quelque chose de plus foncé et différent dans le lot.

J’ai prospecte en quadrillant les moraines. En fait, je faisais des carrés de 10 mètres de côté.

J’ai bien passé 4 ou 5 heures à déambuler dans les cailloux avant de marquer la pause déjeuner. J’avais au moins parcouru la moitié de la zone.

Les moraines

Les moraines

Vers 15 heures, en descendant une fin de moraine latérale le long d’une  barre rocheuse assez inclinée, j’ai été attiré par une petite masse plus sombre. Rien de percutant. Plutôt un pauvre caillou grisâtre qui faisait contraste dans un amas de roches très claires. J’ai récupéré la pierre plutôt banale mais après un premier nettoyage avec mon pull, j’ai tout de suite su que j’avais trouvé mon Gral ! Résultat: mon plus grand sourire de l’année. Des années sans rien trouver. Le site de Caille fouillé jusque dans le village avec au moins 25 sorties et nada.. Et puis un petit bingo.

Pendant un bon quart d’heure, je me suis posé dans un coin et j’ai continué à nettoyer au mieux cet échantillon. A l’examen visuel, pas de doutes possibles. Il s’agit bien d’une Chondrite. Il y a encore une belle croûte de fusion et le côté fragmenté laisse apparaître une structure de météorite rocheuse. J’ai récupéré mon petit aimant dans mon sac et aussitôt attiré et super bien collé !

Ma première météorite Alpine

Ma première météorite Alpine

Pour tout dire, je n’y croyais pas. Je m’étais presque convaincu que je ne trouverai jamais rien. Une drôle d’impression. Un peu celle du joueur au loto qui joue depuis des lustres sans jamais rien gagner sauf qu’un jour, ça tombe ! J’ai emballé soigneusement mon ” trésor ” avant de l’enfouir dans mon sac à dos. J’ai passé encore 2 bonnes heures à fouiner dans le coin. Je n’ai absolument rien trouvé d’autre.

J’avais marqué l’endroit de la découverte avec mon bâton de rando. J’ai pris quelques photos de l’endroit.

Je vais y retourner l’année prochaine. Comme il s’agit d’un fragment, il doit certainement y avoir d’autres morceaux.

J’ai trouvé ce fragment de météorite en aval d’une étroite moraine assez pentue. Plus haut, celle-ci se redresse sérieusement pour finir en couloir alpin.

Couloir haut de Moraine découverte

Couloir haut de Moraine découverte

Je pense que cette météorite est tombée récemment. Surement pendant le derniers hiver. La croûte de fusion est fraîche, noire et peu altérée. Elle est homogène sans trop de traces de chocs avec d’autres pierres. Elle a du tomber dans la neige bien plus haut sur les versants de la montagne. Il n’est pas rare d’avoir jusqu’à 10 mètres de neige en une saison dans ce coin. La météorite a du avoir sa chute amortie par l’épais manteau neigeux. Une avalanche ou le ruissellement de fonte l’aurait peut être déposée sur les lieux où je l’ai trouvée. Avec les blocs situés sur la butée de découverte, en peu de temps encore elle serait surement broyée et recouverte.

Vu qu’il s’agit d’un fragment frais, il reste à savoir deux choses :  le corps parent a explosé dans le ciel et il ne s’agit que d’un seul bout échoué..

Ou,  si une météorite de taille plus importante est tombée entière dans ce secteur. La taille du fragment et sa forme me laisse supposer qu’il provient d’une météorite d’environ 30 centimetres. Peut être plus voir moins. Comme mon fragment trouvé n’est pas formé complètement et  qu’il s’agit d’un éclat , j’opte plus pour l’hypothèse d’une chute entière sur ces lieux. D’ailleurs par téléphone monsieur Rochette du Cerege qui a analyse le morceau m’a encouragé à chercher car il pense qu’il doit y avoir des pièces plus importantes disséminées sur le site.

Trouvé une, pas 2..

Trouvé une, pas 2..

Souhaitant garder l’endroit secret, vous comprendrez que je ne donnerai pas d’indication liées de trop prêt à la localisation. Un bout de l’échantillon est parti pour analyse et pour référencement. J’ai donné à ce beau caillou noir le nom des montagnes du coin…dans le Mercantour … . Un vaste coin formidable !

Sur les lieux de Découverte Météorite Mercantour

Sur les lieux de Découverte Météorite Mercantour

Vous pourrez voir ci-après une série de photos de cette jolie météorite.

Elle pèse  201, 45 grammes + un morceau de 37 gr envoyé pour analyse.

Le % de croûte de fusion est d’environ 40 %

Les dimensions sont de   7  x  6.5  5 cm

Date de découverte : 25 septembre 2014

.

Détail Météorite mercantour vue A

Détail Météorite mercantour A

.

Détail Météorite mercantour vue B

Détail Météorite mercantour vue B

.

Détail Météorite mercantour vue C

Détail Météorite mercantour vue C

.
.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voici la classification

Inscrite au meteoritical bulletin
Enregistrée cette année 2016 sous le nom de Mercantour
Classification réalisée par monsieur pierre Rochette. CNRS. Cerege. Aix en provence

Search the Meteoritical Bulletin Database
Last update: 28 Jun 2016

Search! Reset

Mercantour
Basic information Name: Mercantour
This is an OFFICIAL meteorite name.
Abbreviation: There is no official abbreviation for this meteorite.
Observed fall: No
Year found: 2014
Country: France
Mass:help 203 g
Classification
history:
Recommended: L4-6 [explanation]

This is 1 of 39 approved meteorites classified as L4-6. [show all]
Search for other: L chondrites (type 4-7), Ordinary chondrites (type 4-7), L chondrites, and Ordinary chondrites
Comments: Approved 15 May 2016
Writeuphelp
Writeup from MB 105:
Mercantour 44.145°N, 7.311°E
Provence-Alpes-Cote d’Azur, France
Find: 2014 Sept 25
Classification: Ordinary chondrite (L4-6)
History: A systematic search of moraines and rocky surfaces by Eric Paillery led to this single discovery in the Southern Alps granitic massif, within Mercantour National Park, near 2900 m elevation.
Physical characteristics: A single angular fragment, covered ~30% by a relatively fresh fusion crust. Gray color with minor rust spots. Inner surface sometimes covered by a carbonate rind. Little patina visible. A few small rounded quartz grains inserted in cracks, with a light-orange soil matrix.
Petrography: Breccia with type 4 to 6 clasts (major class 4 to 5). Distinguishing type 4, 5 and 6 was done based on polished section observation of the morphology and overall texture of chondrules and metal grains. Mean chondrule diameter 707±39 μm. One fine-grained clast with low metal and troilite content was observed. Weathering at microscopic scale is hardly detectable but macroscopic rust spots indicate W1.
Classification in the L group is based on magnetic susceptibility and chondrule size. Petrography (SEM and reflected optical microscopy) indicates a L4-6 breccia.
Specimens: 22.6 g at CEREGE.
Data from:
MB105
Table 0
Line 0:
State/Prov/County: Provence-Alpes-Cote d’Azur
Origin or pseudonym: granitic moraine
Date: 2014 Sept 25
Latitude: 44.145°N
Longitude: 7.311°E
Mass (g): 203.4
Pieces: 1
Class: L4-6
Weathering grade: W1
Magnetic suscept.: 4.70
Classifier: H. Pourkhorsandi, P. Rochette, CEREGE
Type spec mass (g): 22.6
Type spec location: CEREGE
Main mass: with finder
Finder: Eric Paillery
Comments: Submitted by P. Rochette
Institutions
and collections CEREGE: CEREGE BP 80 Avenue Philibert, Europole de l’Arbois 13545 Aix-en-Provence Cedex 4 France, France (institutional address; updated 9 Mar 2016)
Catalogs:
References: Published in Meteoritical Bulletin, no. 105, in preparation (2016)
Find references in NASA ADS:
Find references in Google Scholar: Google Scholar
Geography:

France
Coordinates:
Recommended:: (44° 8′ 42″N, 7° 18′ 40″E)

Statistics:
This is 1 of 5 approved meteorites from Provence-Alpes-Cote d’Azur, France (plus 2 unapproved names)
This is 1 of 76 approved meteorites from France (plus 10 unapproved names) (plus 1 impact crater)

Environ 950 grammes trouvés à ce jour.

Un premier fragment initial ( photo ) découvert en 2014. Envoyé au Cerege en 2016 auprès de monsieur Rochette suite à une demande de tiers.  ” Démarche non initiée par moi même “.

Certification officielle en 2016 ” météorite française ”

Le nom Mercantour a été donné en consultation avec le Cerege. J’avais préalablement baptisé cette trouvaille avec un nom différent.

Découverte en 2016 ( septembre ) de nombreux autres fragments. ( voir texte et photos ci-après )

Uniquement des petits fragments de 25 gr max. Certains roulés et érodés. Beaucoup de fragments cassés net. Aussi environ 100 grammes de croûte brut. J’y reviens ci-après.

Trouvailles au détecteur de métaux entre 2 et 20 cm de profondeur. Aucune découverte en surface. Pas d’effet de sol grâce au très bon matèriel utilisé : un Teknic pro avec petit disque disponible auprès de la boutique du fouilleur ( que je recommande pour leur sérieux et les conseils donnés )

Une semaine sur site avec bivouac sur site et couchages en refuge. Equipe de 4 personnes.

Je suis persuadé qu’un ou plusieurs fragments plus importants sont présents sur le site. Je relance une campagne de fouilles pour ce mois de septembre 2017. Si ceux ci ne sont pas désagrégés j’espère bien les découvrir…..

.

2 eme partie, découvertes 2016

Photos et récit fouilles 2016

.

.
.

Zones de fouilles météorite Mercantour

Zones de fouilles météorite Mercantour

.

.
.

Collecte trouvaille 2016 mélange 1

Collecte trouvaille 2016 mélange 1

.

.
.

Collecte trouvaille 2016 mélange brut zoom

Collecte trouvaille 2016 mélange brut zoom

.

.
.

Collecte trouvaille 2016 mélange brut zoom grosses pièces

Collecte trouvaille 2016 mélange brut zoom grosses pièces

.

.
.

Les plus belles pièces campagne 2016

Les plus belles pièces campagne 2016

.
.

Mix fragments et croûte

Mix fragments et croûte

.
.

Granit des moraines sur lieu de fouilles

Granit des moraines sur lieu de fouilles

.
.

Mélange nettoyé avant tri par tailles

Mélange nettoyé avant tri par tailles

.
.

Mélange nettoyé avant tri par tailles 2

Mélange nettoyé avant tri par tailles 2

.
.

Tri propre par tailles 2016

Tri propre par tailles 2016

.
.

Tri propre par tailles, formes et types. 2016

Tri propre par tailles, formes et types. 2016

.
.

Haut de couloir vers moraine inferieure

Haut de couloir vers moraine inferieure

.
.

Bas de moraine et zone de fouille 2016

Bas de moraine et zone de fouille 2016

.
.

Zone de fouille bas de moraine

Zone de fouille bas de moraine

.
.

Sommet couloir proche 1 ere découverte

Sommet couloir proche 1 ere découverte

.
.

Couloir superieur de fouille

Couloir superieur de fouille

.
.

Bas de fouilles 2016

Bas de fouilles 2016

.

coupe fragment croûté et oxydé

coupe fragment croûté et oxydé

.

.
.

Localisation Trouvaille Boréon

Localisation Trouvaille Boréon

 

 

Boutique

Fragments en exclusivité découvreur :

.

.

 

 

Produits ajoutés au catalogue le 14.02.2017

Echantillons de météorite Mercantour 2016 et sédiments moraine envoyés cette semaine à Monsieur Rochette au Cerege.

Découverte un premier fragment d’environ 200 gr en 2014 sur un vérou glaciaire.
Echantillon envoyé sur demande au cerege 2 ans après
Le spécialiste qui a analysé le fragment m’a confirmé le fait qu’il s’agissait d’un éclat et que surement d’autres morceaux devaient être présents dans le secteur.
J’ai suivi ces recommandations et suis reparti en campage de fouilles au printemps 2016 avec 2 alpinistes pour prospecter la zone et surtout le bas du verou qui donne sur un couloir abrupt et une vaste moraine 300 mètres plus bas.
Nous avons passé une petite semaine sur place en installant des cordes fixes et des relais car il s’agit d’alpinisme et l’endroit en question n’est pas accessible autrement.
Nous étions équipés de piolets, sondeurs et d’un détecteur à large disque muni de discremination.2 camps de base. Un en haut pour le tri et le materiel. L’autre sur la moraine pour un bivouac improvisé. Une ou 2 nuits en refuge pour plus de confort.

Je suis allé en 2014 montrer le fragment à un spécialiste directeur d’un organisme d’etat reconnu. La personne en question m’a bien confirmé qu’il s’agissait d’un éclat tombé au solet non explosé dans l’atmosphère car celui ci serait bien formé et recouvert en intégralité d’une croûte de fusion fraîche et noire. Ce qui n’est pas le cas. On m’a donc conseillé de porsuivre mes recherches car le fragment en question ne pourrait être que la somnité d’un élément beaucoup plus imposant de quelques kilos. Le morceau trouvé est formé sur le dessus avec quelques rgmalyptes et présente une fracture nette sur le dessous. Tout laisse à penser qu’il dépendait d’un élément plus gros.
Fort de ces conseils et convaincu moi même, j’ai décidé en septembre 2016 de poursuivre les recherches. Nous étions plusieurs dont un guide de haute montagne et un un ami passionné d’astronomie donnant des cous à l’observatoire de Nice.
Nous avons installé notre bivouac sur le vérrou glaciaire à 2900 mètres proche de l’endroit de ma première découverte.
La première journée a été consacrée à prospecter cette zone accidentée par de gros blocs de granit. Nous avons ratissé environ 1/2 hectare. Nous n’avons rien trouvé. Le détecteur aussi restait muet.
Le lendemain et les autres jours nous avons pris la décision d’entreprendre la fouille complète de la moraine inferieure issue du vérou glaciaire. Pour atteindre la moraine située environ 300 mètres plus bas il faut descendre dans un couloir très abrupt et incertain dont l’inclinaison avoisine les 60 degrés. Nous avons préféré l’éviter et installer une longue corde fixe sur une arrête proche avec deux relais pour descendre et remonter le materiel. Une deuxième tente hivernale north face a été installée sur place en camp 2. Nous observions de nombreuses chutes de pierres dans le couloir et nous nous sommes réjouis de ne pas être passés par là.
A l’aide du détecteur équipé d’un grand disque pour sonder en profondeur et un réglage fin discréminant nous avons commencé à fouiller le bas de moraine. Devant les ressauts la moraine est surtout composée de caillouitis fins et de sables alluvionnaires composés de granit et d’argile rouge.. Le tout en permafrost. Très rapidement le détecteur à sonné de nombreuses fois dans des zones très localisés. En fouillant aux outils nous avons trouvé de nombreux petits fragments dont la taille varie entre 0.1 cm et 2.5 cm. ( à la vente  )
En tout sur 3 jours et à 3 gars uniquement dans cette zone nous avons ramassé environ 1kg net de météorite Mercantour.Tous ont été découverts entre 5 et 35 cm de profondeur. Très peu en surface.
Les fragments peuvent être répartis en 3 sortes différentes:
Des fragments de matrice roulés et érrodés
Des fragments saillants et déchiqutés
Des fragments de croûte pure
A noter que tous ces éléments ont subit une oxydation surement liée à l’humidité liée au milieu humide et à la neige.
Pour ce qui est des fragments de croûtes, certains avoisinnent près d’un centimètre d’épaisseur.
A la vue de ces conclusions il me parait évident qu’un morceau bien plus massif est tombé à proximité dans la zone. Nos fragments 2014 et 2016 sont surement les débris d’une pièce massive tombée non loin.
Nous avons prospecté aussi les contours de la moraine composée de gros blocs de granit et avons eu deux alertes au détecteur. Nous avons marqué les emplacements. Nous y retournerons en 2018 avec une barramine et un mini palant cordée.Il était impossible d’acceder aux pièces sondées uniquement à la main.
Nous avons prospecté 1 ha sur cette moraine. Le champ d’investigation est vaste. Il reste 4 autres moraines proches à prospecter ainsi que des prairies et des lits de ruisseaux.
Nous espérons découvrir notre Gral et pourquoi pas le fragment original de la météorite Mercantour.
Les fragments et alluvions ont été transmis au Cérege et en doublon auprès d’un ami compétent et spécialiste en Autriche ( pas la personne qui gère le musée des météorites à Vienne ).

Les photos présentées ci dessus représentent :
les moraines de trouvailles

Un plan ign aux lieux dits maquillés

les sédiments en place
le verou trouvaille 2014
le couloir de descente
le stock brut non traité 2016
le stock nettoyé et trié par types

L’altération et l’oxydation des fragments
Eric Paillery

archive stock produits vendus et indisponibles

Submit your review
1
2
3
4
5
Submit
     
Cancel

Create your own review

Average rating:  
 0 reviews